Prévention des attaques cérébrales

Quand la circulation irriguant une partie du cerveau est interrompue, les cellules affectées meurent; il en résulte une perte de certaines fonctions. Souvent, un bras ou une jambe perd sa mobilité. Des troubles de la sensation et la perte de la parole surviennent. Il s'agit d'une attaque cérébrale.

Deux tiers des attaques cérébrales suivies d'un handicap sont précédées d'un dérangement passager comme un sentiment de faiblesse, des troubles de la vision ou un dysfonctionnement des sens.

Une détection rapide des causes permet de prévenir des handicaps sévères.

Selon la présence éventuelle d'autres maladies et des examens du médecin de famille, on recommande:

La sonographie des artères cérébrales révélera s'il y a lieu de craindre une attaque cérébrale.

En cas de risque élévé, une petite opération ou rarement la dilatation au ballonet est recommandée.